Mes dernières chroniques

⥥⥥⥥⥥ Mes dernières chroniques ⥥⥥⥥⥥

vendredi 10 juillet 2015

"Ma vie pour la tienne" de Jodi Picoult


Ma vie pour la tienne
Auteur : Jodi PICOULT
Editeur : Presses de la Cité (20 décembre 2006)
Broché: 436 pages
ISBN-13: 978-2258066922



SYNOPSIS :
A treize ans, Anna a déjà subi de nombreuses interventions et transfusions afin que sa sœur aînée Kate puisse combattre la leucémie qui la ronge depuis l'enfance. Anna sait qu'elle a été conçue pour être génétiquement compatible avec Kate et qu'elle est son seul espoir. Cependant, lorsqu'on lui demande de faire don d'un rein, l'adolescente refuse. Elle veut disposer librement de son corps et ira jusqu'au bout pour se faire entendre... S'inspirant d'un fait réel sur une " enfant-médicament ", voici un récit choral subtil et profondément humain.

MON AVIS :
Cela faisait longtemps que j’avais envie de lire ce roman, mais j’avais un peu d’appréhension de l’ouvrir sachant que l’axe central du roman traite de la maladie d’une enfant et du drame qui en découle. Et comme je le prévoyais j’ai été emporté dans cette histoire, mais je ne regrette pas d’avoir franchi le pas, même si mes larmes ont coulés à la fin.

Je me suis attachée à tous les personnages de ce récit ; Anna, la sœur aimante envers de Kate, mais qui a été conçu pour la sauver et qui ne vit qu’à travers la maladie alors qu’elle est en parfaite santé. Comment savoir qui elle est et comment s’affirmer en tant qu’individu quand toute sa vie tourne autour de celle de sa sœur qui est en sursis permanent. Kate, l’enfant malade, qui ne vivra jamais comme tous les autres enfants et qui culpabilise d’emporter avec elle tout son entourage dans sa souffrance et son combat qu’elle désespère de gagner un jour. Le grand frère Jess, qui pour exister, se créer un univers dangereux dans lequel il joue avec la mort et cherche à attirer l’attention de ses parents. Quelle place a-t-il dans cette famille puisqu’il n’est ni malade, ni donneurs ? Les parents quant à eux essayent de survivre… cela fait bien longtemps qu’ils se sont oubliés et vivent exclusivement pour sauver la vie de Kate. Ils naviguent entre un présent trop lourd, un futur tellement incertain sans avoir même le temps de se retourner sur un passé trop lointain. Ils sont engagés corps et âme dans un combat pour que leur famille restent entière et n’éclate pas en vol. On suit également l’histoire de Alexander Campbell le juge qui est chargé de défendre les intérêts de Anna qui a décidé de demander l’émancipation médicale, pour que son corps ne soit plus utilisé comme un simple médicament pour sa sœur. Il y a aussi le personnage de Julia Romano qui est la tutrice de Anna dans le procès qui l’oppose à ses parents et qui est chargé de démêler le vraie du faux et de savoir quels sont les intérêts de chacun dans cette affaire d’éthique. Tous ces protagonistes prennent à tour de rôle la narration du récit et j’ai apprécié le choix qu’a fait l’auteur de nous faire partager les points de vue de chacun. Grâce à cela je suis vraiment entrée dans l’histoire et j’ai ressentie l’émotion et les sentiments, parfois contradictoires, des personnages. On les suit dans la préparation et le déroulement du procès et on est tantôt compréhensifs et tantôt heurté dans notre manière de penser. J’ai par exemple été subjugué par la détermination de la mère qui est prête à sacrifier la santé et la vie de sa fille cadette pour sauver son aînée. Mais on ne s’attend pas au dénouement final, et je me suis laissée totalement emporter par cette histoire si touchante.



CONCLUSION :
Toute une famille qui vit autour de la maladie d’une enfant et qui se remet en question au fil des pages pour essayer de survivre aux épreuves qui les secouent. Même si ce roman, inspiré d’un fait réel, traitre d’un sujet difficile où il est question d’éthique et de morale, il est aussi énormément question d’amour et d’humanité. L’auteur a une plume magnifique et même si la fin est dramatique on ne s’y attend vraiment pas et on reste en haleine jusqu’à la dernière phrase. Pour conclure je citerai une phrase de Anna qui expriment ces sentiments inavouables et elle veut que sa familles sachent : « Que je veux que Kate vive, mais que  je veux aussi être moi-même, pas une partie d’elle. Que je veux avoir la chance de grandir, même si Kate ne le peut pas. Que la mort de Kate serait la pire des choses qui puisse m’arriver… mais aussi la meilleure ».

MA NOTE :
5/5 Encore un coup de cœur 

P. S. : Je n'ai pas encore vu le film, mais je compte le faire rapidement et j'espère qu'il sera à la hauteur de l'écriture de Jodi Picoult.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire