Mes dernières chroniques

⥥⥥⥥⥥ Mes dernières chroniques ⥥⥥⥥⥥

mardi 28 juin 2016

"Tu comprendras quand tu seras plus grande" de Virginie Grimaldi

Tu comprendras quand tu seras plus grande
Auteur : Virginie Grimaldi
Broché : 512 pages
Editeur : Fayard (4 mai 2016)
Genre : Contemporain


SYNOPSIS :
Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.           
C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.


MON AVIS :
L’été dernier j’ai lu « Le premier jour du reste de ma vie » et déjà j’était tombée sous le charme de la plume de Virginie Grimaldi. Cette année c’est avec un roman qui traite de la reconstruction d’une trentenaire après un deuil et une séparation que l’auteure a réussi à m’emporter dans son univers aussi drôle qu’émouvant. Je vous l’annonce de suite ce roman est un énorme coup de cœur pour moi, un sans faute absolu.
Julia, le personnage principal, est une psychologue de 32 ans qui vient de vivre un véritable tsunami sentimental et ne croit plus en grand chose et surtout plus en l’amour. Ayant tout perdu dans sa vie parisienne actuelle elle décide de fuir et d’accepter sur un coup de tête un emploi au sein d’une maison de retraite en Corse. Le seul problème c’est que le troisième âge l’angoisse et qu’elle pense n’avoir aucune chance de s’épanouir dans ce nouveau travail. Mais c’est sans compter sur les pensionnaires qu’elle va apprendre à connaître au fil des jours et qui vont lui montrer que la vie vaut le coup d’être aimée et vécue à 100%. Ainsi en quelques mois tout va changer pour Julia, sa vision des choses va évoluer grâce aux confidences de ses ainés et sa vie va s’en trouver bouleversée.
Les personnages sonnent vrais et donnent encore plus de profondeur à cette histoire. Ils ont leurs forces et leurs faiblesses, leurs moments de bonheurs et de malheurs et surtout ils peuvent faire des erreurs comme tout à chacun. On n’a pas les « jeunes cons » d’un côté et les « vieux sages » de l’autre mais plutôt des générations qui vivent ensemble et apprennent l’une de l’autre. A 80 ans aussi on peut se tromper sur ses choix et on a le droit de ne pas avoir réponse à tout, mais ce qui est sûre c’est qu’on a la valeur de ce qui compte vraiment, on a plus de temps à perdre avec le superflu. Ce roman est une pause dans notre quotidien trop chargé, une bouffée d’air frais, qui nous permet, au moins le temps de notre lecture de nous poser les bonnes questions.
La force de Virginie Grimaldi c’est qu’elle arrive parfaitement à doser l’humour et l’émotion dans son récit et elle sait trouver les mots justes pour nous toucher en plein cœur. Elle nous livre des moments poignants mais n’oublie jamais d’ajouter sa petite note de fantaisie, celle qui nous fera sourire tout en ayant la larme à l’œil.
L’intrigue est belle et l’auteure se paye le luxe d’arriver à nous surprendre par une fin totalement inattendue. Personnellement je ne l’ai pas vu venir et ce dénouement c’est juste la cerise sur le gâteau, le mot de la fin qui fait passer ce roman dans la catégorie des romans inoubliables.


CONCLUSION :
Un roman poignant et « feel good » qui nous donne une vraie leçon de vie sans être moralisateur pour autant. Le récit est profond mais ne tombe jamais dans le pathos car on peut compter sur la plume dynamique et humoristique de Virginie Grimaldi pour nous faire rire aux éclats. Cette lecture est un condensé de bonne humeur et d’émotion. L’intrigue n’est pas en reste et on se laisse emporter avec plaisir dans les péripéties des personnages. La fin est surprenante et complétement imprévisible et on quitte à regret la maison de retraite des Tamaris. Un roman coup de cœur que je ne suis pas prête d’oublier !


MA NOTE : 5/5

CITATIONS :

« Si la vieillesse était douce à vivre, personne ne voudrait que ça s’arrête. Le fait qu’elle soit si rude rend l’existence moins attachante. La vieillesse a été inventée pour se détacher de la vie. »



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire