Mes dernières chroniques

⥥⥥⥥⥥ Mes dernières chroniques ⥥⥥⥥⥥

jeudi 30 juin 2016

"Meurtres pour rédemption" de Karine Giebel

Meurtres pour rédemption
Auteur : Karine Giebel
Poche : 992 pages
Editeur : Pocket (8 mars 2012)
Genre : Thriller


SYNOPSIS :
Si jeune, Marianne devrait être insouciante et rêver à l'avenir, des projets plein la tête. Mais son seul rêve, c'est la liberté. Car Marianne est en prison. Perpétuité pour cette meurtrière. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l'univers carcéral sans pitié où elle affronte la haine, les brimades, les coups, les humiliations. La tête haute, toujours. Elle s'évade parfois, grâce à la drogue qu'elle paye en nature, grâce aux romans qu'on lui laisse lire, grâce à ses souvenirs aussi. Grâce au bruit des trains, véritable invitation au voyage. Elle finit par apprendre l'amitié, la solidarité, et même... la passion. Mais sans aucun espoir de fuir cet enfer, hormis dans ses rêves les plus fous. Et puis un jour, l'inimaginable se produit. Une porte s'ouvre au parloir. Trois hommes, trois flics lui proposent un odieux marché, lui offrant une possibilité de quitter ce purgatoire. Mais en échange de sa liberté elle devra tuer pour eux. Des derniers meurtres à commettre… pour rédemption.


MON AVIS :
Il va m’être difficile de trouver les mots justes pour cette chronique tellement cette lecture a été troublante. Cela fait très longtemps que je n'avais pas vécu de telles sentiments en me plongeant dans un livre. Ce roman m’a emporté du début à la fin avec une telle intensité que j'ai du mal à m'en remettre.

« Meurtres pour rédemption » c’est l'histoire de Marianne une jeune femme qui, du haut de ses vingt ans, a déjà tué plusieurs fois. Elle purge sa peine dans une prison de haute sécurité depuis déjà trois ans et n'est pas prête d'être relâcher. Alors au premier abord on se dit que c'est une criminelle qui n'a que ce qu'elle mérite mais tout n'est pas si simple et Karine Giébel nous le prouve en nous immergeant dans la tête de cette tueuse pendant près mille pages. Des pages que l'on ne voit pas défiler grâce à la plume de l'auteure qui est incisive et d'une justesse inouïe. Une écriture qui n'épargne rien à ses lecteurs.

On suit le quotidien de Marianne et aussi bizarre que cela puisse paraître on s’attache à cette fille complètement paumée qui vit dans la dureté d'un milieu carcéral sans pitié. Un monde impitoyable, fait d'injustice et de violence gratuite ou les mâtons ne se gênent pas pour faire régner la loi de la terreur. La seule règle pour rester en vie c’est de se faire respecter par la force et la brutalité. Aucune évasion n'est possible à part celle de l'esprit emporté par les paradis artificiels des drogues dures. Et c’est dans cet univers sombre et sans espoir que l'auteure plonge son lecteur. Attendez-vous en commençant votre lecture à ressentir de la tristesse, du dégoût et de la colère.

C'est un récit douloureux où l'on souffre au côté de Marianne parce que certes c’est une criminelle mais c’est avant tout une femme touchante. Je vous laisse découvrir son enfance difficile et les circonstances qui l'ont amené là où elle en est mais je vous assure qu'on arrive à ressentir des sentiments de compassion pour elle. Elle qui rêver avant tout de liberté et qui s'est prise les pieds dans le tapis. Elle nous explique que son vécu est une succession de dérapages incontrôlés et on la croit volontiers. Alors bien-sûr Marianne n'a rien d'un ange et ses crimes sont évidemment des actes odieux mais ce qui est intéressant c'est de comprendre à quelle point sa personnalité est complexe. Marianne est à la fois un monstre et une victime mais la seule chose sur laquelle elle ne peut pas mentir c’est sur l'intensité de sa souffrance. Mais heureusement pour elle et aussi un peu pour nous, dans cette océan de désespoir, elle va vivre l'amour passionnelle. Celui dont on ne revient pas et qui fait autant de bien que de mal, mais celui qui met un peu de lumière dans toute cette noirceur.

Et puis arrive le moment où Marianne pense être libéré, pense pouvoir échapper à la violence carcérale et à sa propre violence, celle ronge son âme. Mais quand on est condamné c'est pour toujours. Il faut payer le prix de ses actes, il n'y a pas d'échappatoire possible. Mais jusqu'à la fin Marianne y croit et nous aussi. En refermant ce livre j'ai mis un certain temps à me remette de la claque que m’a mis Karine Giébel et je ne suis pas prête d'oublier cette lecture.


CONCLUSION :
Un roman noir et angoissant, qui nous tient en haleine de la première à la dernière ligne. Un récit qui fait réfléchir sur la notion de liberté et qui m’a profondément bouleversé. La plume de Karine Giébel nous plonge dans la dureté et dans la violence du milieu carcéral et également dans les pensées de Marianne, une meurtrière, qui est avant tout une jeune femme en souffrance et qui qui même au-delà des murs ne sera jamais libre car ses vrais geôliers sont ses fantômes intérieurs. Ce récit est percutant mais aussi empli d'humanité. C’est ce qui le rend aussi horrible que beau, aussi froid qu’émouvant. Un roman marquant qui m’a remué et qui va bien au-delà du coup de cœur.





1 commentaire: